Anti Nouvel Ordre Mondial

Alliance spirituelle contre la subversion mondialiste. Forum d'éveil des consciences par le partage des connaissances et l'esprit de solidarité.
 
PortailLLP site officielAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'influence de la télévision

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: L'influence de la télévision   12/12/2011, 07:14

Doublon volontaire Smile

nex a écrit:


Télévision dévoreuse d'âmes

http://www.crom.be/article.php?id=38






The Tube : Influence de l'écran sur le cerveau

Un proche qui était instit avait très bien remarqué que les enfants n'ayant pas de télé chez eux avaient de bien meilleures capacités intellectuelles que les autres. (CE2)
Ça date et aujourd'hui c'est un enfant sur combien qui n'a pas la télé ???


Le Tube: Influence de l'écran sur le cerveau 1/4



Le Tube: Influence de l'écran sur le cerveau 2/4



Le Tube: Influence de l'écran sur le cerveau 3/4



Le Tube: Influence de l'écran sur le cerveau 4/4



_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: L'influence de la télévision   13/12/2011, 11:00

Une civilisation anesthésiée devant tous ces écrans



Jamais les téléspectateurs n'auront autant regardé la télévision. Et partout dans le monde. C'est le constat dressé par Eurodata TV Worldwide, un département de l'institut Médiamétrie, à l'occasion de son étude " Une année TV dans le monde ".


Contrairement à certaines prévisions, la multiplication des écrans - mobiles, ordinateurs, smartphones ou encore tablettes - n'a pas freiné l'audience de la télévision. Bien au contraire. Selon l'enquête, menée dans 80 pays auprès de 138 000 foyers, la durée d'" écoute " a augmenté de six minutes en cinq ans, pour s'établir à 3 h 10 par jour en 2010.

Et c'est au Moyen-Orient et en Amérique du Nord que l'on reste le plus longtemps devant son téléviseur, avec une consommation quotidienne respective de 4 h 54 et 4 h 39.


Le sport - notamment les Jeux olympiques d'hiver de Vancouver (Canada) puis la Coupe du monde de football en Afrique du Sud - a dopé cette durée.
Ainsi, et " pour la première fois, la consommation de la télévision a dépassé les cinq heures par jour aux Etats-Unis en février 2010 - avec la retransmission - du Super Bowl ", note Jacques Braun, vice-président d'Eurodata TV Worldwide. La finale du championnat de football américain a alors établi un record historique, sur CBS, avec 106,7 millions de téléspectateurs pour 69 % de parts d'audience. Très loin devant la cérémonie des Oscars, qui n'a réuni " que " 42 millions de téléspectateurs.

En Europe, le temps passé devant la télévision a bondi de 17 minutes au Royaume-Uni et de 11 minutes en Allemagne, par rapport à 2009, pour atteindre respectivement 4 h 02 et 3 h 43 par jour. Avec sept minutes supplémentaires en 2010 pour 3 h 32 quotidiennes, la France se situe encore assez loin des pays les plus téléphages.

L'enquête de Médiamétrie montre surtout la montée en puissance de la Chine. A l'avenir, elle devrait dominer les classements des audiences. Déjà, la diffusion du Nouvel An chinois, le 13 février 2010, a établi un record mondial en la matière (240 628 000 de téléspectateurs).
L'engouement des Chinois pour le football laisse d'ailleurs entrevoir de nouveaux records. En juillet 2010, " lors de la Coupe du monde en Afrique du Sud, un match opposant l'Allemagne à l'Argentine, malgré l'absence de l'équipe nationale et le décalage horaire, a attiré 54,5 millions de téléspectateurs ", pointe M. Braun. Sport roi de la télé, le football a décroché en 2010 la meilleure audience dans... vingt et un pays.

Les programmes de télé-réalité sont aussi les grands gagnants, selon l'étude de Médiamétrie. En un peu plus d'une décennie, ce genre télévisuel aura imposé sa domination sur le petit écran. Pour la première fois, les divertissements, portés principalement par la multitude d'émissions produites à base de télé-réalité, sont passés devant la fiction.
" La télé-réalité s'est infiltrée dans tous les genres de programmes et sur toutes les chaînes, privées comme publiques ", constate M. Braun. Ce déferlement de télé- crochets, tel " America's Got Talent ", aux Etats-Unis, rebaptisé sur M6 " Vous avez un incroyable talent ", ou de jeux d'enfermement comme " Big Brother " aux Pays-Bas ou " Secret Story " en France, a raflé 40 % des meilleures audiences, hors sport, à travers le monde.

http://au-bout-de-la-route.blogspot.com/2011/03/une-civilisation-hallucinee-devant-tous.html

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: L'influence de la télévision   15/12/2011, 08:33

Le temps de cerveau disponible




" Il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation (...) de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages.
"Patrick Le Lay, PDG de TF1


Cruauté, violences psychologiques et sexuelles, humiliations : la téléréalité semble devenue folle. Son arrivée au début des années 2000 ouvrait une nouvelle ère dans l'histoire de l'audiovisuel. Cinquante ans d'archives retracent l'évolution du divertissement : comment la mise en scène de l'intime, dans les années 80, a ouvert un nouveau champ, comment la privatisation des plus grandes chaînes a modifié le rapport au téléspectateur. A l'aide de spécialistes, dont le philosophe Bernard Stiegler, ce documentaire démontre comment l'émotion a fait place à l'exacerbation des pulsions les plus destructrices.
(Diffusé sur France2 en 2010)

Documentaire qui a quand même tendance à minimiser ou passer sous silence certains aspects du problème évoqués dans ce sujet.


Concentré de contenu explicite mais c'est implicite vu le sujet !

Important



_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: L'influence de la télévision   11/1/2012, 08:44

Désentubages cathodiques

Décryptages des arnaques de la tv



Désentubages Cathodiques présente une sélection de décryptages en images des arnaques en tous genres du petit écran. La télé libre Zalea TV est interdite de diffusion par le CSA depuis Juin 2003

Faire des recherches sur youtube et dailymotion avec "desentubage cathodique" comme mots clés Wink

Une vidéo à se procurer ici : http://www.lesmutins.org/boutique/produit.php?ref=DVD-ZALEA&id_rubrique=1

Ne vous arrêtez pas au générique de début, particulièrement désagréable !
Ça commence à devenir passionnant à 02:20 cyclops


_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: L'influence de la télévision   19/1/2012, 22:34

La télévision

L'ombre qui se projette dans les âmes.




La télévision n’est pas une innovation technique fortuite. Elle a été inventée dans un but très précis. En ce début du XXIe siècle, elle touche des milliards d’êtres humains pour lesquels, d’un avis unanime, la vie sans la télévision serait insupportable et impensable.

Abandonnez la naïve croyance que l’ingéniosité qui l’a fait naître ne serait que technique, qu’il n’y a pas à son origine des « cerveaux » beaucoup plus évolués et un « plan » bien élaboré. Au contraire, comme nous nous en rendrons compte bientôt, un « esprit supérieur » a été — et est encore — actif en ce domaine, se chargeant de planifier avec soin ce progrès technique étonnant afin de prendre le contrôle total des masses.

La télévision n’est pas apparue soudainement, comme ex nihilo. Il faut la voir en perspective. Elle est associée à un grand nombre d’inventions : la radio, le cinéma, le télégraphe et le téléphone, le radar, l’enregistrement magnétique, etc. Mais la télévision est le point culminant absolu, l’invention supérieure capable de capter l’attention et l’intérêt à titre constant, c’est-à-dire l’esprit et les désirs de milliards de gens. C’est l’invention la plus hypnotique, la plus importune, la plus puissante et par conséquent la plus dangereuse de toutes. C’est pourquoi face à la télévision, il faut prendre une attitude ferme, sinon c’est elle qui décide pour vous.

Selon une enquête, il y aurait environ un million de personnes qui s’abstiennent volontairement de télévision en France. Mais lorsque l’habitude est prise, il est difficile de revenir en arrière à cause de la pression familiale et sociale. Une fois que le diable est dans la maison, nous savons que la lutte est inégale, et que les enfants en sont les premières victimes.

La situation semble irréversible car le risque d’exposition est multiple. Ainsi, lorsque, par miracle, vous n’avez pas la télévision chez vous, vous êtes environné de voisins dont les postes marchent à plein volume ; vous êtes entouré par des milliers d’émetteurs à grande puissance, par les pylônes des antennes émettrices en modulation d’amplitude ou de fréquence, par des stations de radar, des faisceaux hertziens pour communications par satellites, par les bornes pour téléphones mobiles, etc. D’autre part, celui qui ne regarde pas la télévision, passe malgré tout une partie de son temps devant un écran cathodique d’ordinateur. Nul ou presque n’y échappe.

Bien que leurs effets soient assez sérieux, on ne saurait s’arrêter à ceux du rayonnement seul, car il existe d’autres influences qu’il faut aussi étudier.

Le tableau d’ensemble d’une telle étude montre une dégénérescence totale et rapide de toute vie humaine sur cette planète, dans une mesure telle que ce qu’on appelle « la vie » deviendra bientôt impossible sous la forme que nous avons connue.





Qu’est-ce que la télévision ?

Techniquement, la télévision est l’émission d’images visuelles sous forme d’ondes électromagnétiques, puis la reconversion en images visuelles des ondes reçues.

C’est en 1884 que l’inventeur germano-russe Paul Nipkow fit breveter un dispositif de transmission d’images : le disque analyseur. C’était un volant perforé, tournant rapidement, au moyen duquel une scène éclairée était décomposée en points lumineux et sombres. La série de points de lumière ainsi obtenue était convertie en signaux électriques et télégraphiée vers un récepteur. Les impulsions d’entrée étaient reconverties en points lumineux et sombres, à partir desquels l’image d’origine était alors, plus ou moins précisément reproduite à l’aide d’un disque identique, synchronisé sur le premier.

Le dispositif de Nipkow était primitif, mais la méthode sous-jacente de la « télévision » n’a jamais changé : les images sont toujours décomposées en points lumineux et sombres — pensez à la structure granulaire qui peut être remarquée sur des photographies très agrandies.

Il a fallu attendre 1923 pour obtenir des images de haute qualité, grâce à un américain né en Russie, Vladimir Zworykin, qui déposa une demande de brevet pour son « iconoscope », prototype du tube cathodique de la télévision moderne. Le disque analyseur avait été remplacé par un canon à électrons, source de danger immédiat, comme nous le verrons.

Aux Etats-Unis, le premier service de télévision régulier vit le jour dans l’après-midi du 30 avril 1939, à l’occasion de l’ouverture de l’Exposition Mondiale de New York dont le thème était : « Le Monde de Demain ». Les loges secrètes qui avaient tout organisé entendaient ainsi donner le coup d’envoi à une culture mondiale basée sur le contrôle des populations par l’image.

La National Broadcasting Company (NBC), sous les auspices de la Radio Corporation of America, diffusait les cérémonies à titre de démonstration. En quelques jours les gens commencèrent à s’aligner par milliers pour voir les démonstrations du nouvel appareil miracle. La fascination de l’humanité pour la télévision avait commencé.

Après la guerre, la télévision devint rapidement une affaire mondiale. L’ère de la télévision amorcée à l’Exposition Mondiale de 1939 semblait partie à l’attaque, tambour battant et drapeaux au vent. Rien ni personne ne pourrait plus l’arrêter.

Après des milliers d’années de civilisation en évolution lente, l’humanité, lorsqu’elle pénétra dans l’ère de la télévision, modifia complètement ses coutumes en une décennie ou deux seulement. La vie, soudainement, ne semble plus être autre chose qu’un loisir de masse et les gens commencent par rester chez eux pour prendre leur repas-télé devant le tube-écran.

Il n’a pas fallu attendre longtemps pour que des parades publicitaires impitoyables se mettent à claironner la doctrine de la « consommation ». Qui plus est, de nombreuses nations sont en cours de conditionnement par une programmation et une censure de la télévision contrôlées par le gouvernement — moyen efficace s’il en est d’injecter sans cesse aux masses des idéologies asservissantes.

La télévision est l’APPAREIL DU POUVOIR, du pouvoir sur les sentiments, sur les pensées, les désirs, la volonté, les esprits, de quasiment tout le monde.

Que sont, qui sont les « forces » qui détiennent ce pouvoir ? Nous devons trouver la réponse à cette question.


Le mystère de la lumière

La lumière est l’un des dons les plus précieux qui soient accordés à cette planète par le soleil. Depuis des millions d’années, celui-ci fournit l’énergie lumineuse et thermique sans laquelle la vie ne serait pas possible. L’on pense que la plus grande partie de cette fantastique énergie va se perdre dans l’incommensurable espace de l’univers. Mais cette croyance populaire est erronée car, dans la création divine, pas même une once d’énergie n’est gaspillée ; tout est mis à contribution pour l’évolution de myriades d’entités se trouvant dans le corps solaire cosmique, lequel entre en interaction avec de nombreux systèmes solaires du macrocosme.

Des Hiérarchies Spirituelles sublimes fonctionnent avec les Energies Divines — appelées collectivement FOHAT dans la doctrine ésotérique universelle. L’énergie électromagnétique de Fohat est donc, dans sa plus haute manifestation, l’amour divin. L’un de ses aspects les moins évolués est connu sous l’appellation « électricité ». Avez-vous déjà pris une décharge électrique ? Vous aurez alors une vague impression de l’invincible puissance de Fohat.

Quel est le rapport avec la télévision ? Il faut voir les choses sous leur véritable perspective. Considérez la télévision comme un phénomène typique de notre société technocratique pseudo-omnisciente qui est une menace terrible pour l’homme lui-même, ainsi que pour son environnement cosmique, car les champions du monde scientifique sont en train de se livrer à des expériences avec les diverses formes d’énergie de Fohat d’une manière tout à fait irresponsable.




L’homme pourrait avoir accès à la divine félicité de Fohat — le Monde de la Lumière de Dieu — grâce à la transformation spirituelle de son être. Mais que préfère-t-il choisir ? Il préfère suivre son pénible sentier à travers l’obscurité de son ignorance et de sa haine, ce qui conduit inévitablement au résultat que la Lumière de Fohat le brûlera sous forme de « chaleur ». C’est ainsi que dans les mythes, Fohat devient un feu de jugement. Et selon certaines prophéties, c’est par le FEU — comme il est dit dans le Livre de l’Apocalypse — que cet actuel cycle de manifestation se terminera. C’est, en même temps, par le Feu que les « appelés » et les « élus » pourront gagner l’immortalité comme le phénix qui renaît de ses cendres.

L’Ere du Verseau déverse à nouveau la Lumière de Fohat sous forme de radiations qu’on appelle les « eaux vives ». Mais, au lieu de se transformer intérieurement en sublimant son système atomique individuel, l’homme a soulevé le voile de l’atome physique et a réussi, dans une imitation grotesque, à libérer « l’esprit contenu dans la bouteille », le répugnant pouvoir de la fission nucléaire.

L’humanité doit suivre une voie de développement positive ou négative. C’est la régénération ou la dégénérescence — il n’y a pas d’autre choix, pas de moyen terme. Mais ce que nous voyons se développer aujourd’hui à travers la science matérialiste est une réaction négative mise en place par des forces dirigeantes, mues par une auto-conservation aveugle.

Elles tentent de contrer l’évolution spirituelle régulière par une parodie infernale. Il ne peut en résulter qu’une tragédie que les plus nobles conducteurs de l’humanité ne seront pas en mesure d’écarter. Einstein était bien près de reconnaître la destinée fatale et inévitable de l’actuel ordre des choses lorsqu’il concluait : « Chaque étape semble être la conséquence inévitable de la précédente ». C’est dans cette perspective que nous allons considérer la télévision.


Les Rayonnements

La télévision est l’une des merveilles de l’électronique, cette science de l’utilisation des électrons. Ces derniers sont de petites particules chargées d’électricité.

Les électrons associés à un atome ressemblent à de minuscules planètes tournant autour du « soleil » qui est le noyau de l’atome en question. Les atomes sont les pierres de construction de la matière. Ce qu’il est important de retenir, c’est que la matière n’est pas seulement physique mais qu’il existe aussi une matière éthérique, astrale et mentale.

Un deuxième point à retenir également est que les matières physique, éthérique, astrale et mentale sont très étroitement liées et s’influencent réciproquement sans cesse. Aucun phénomène physique n’a lieu sans conséquences sur les plans éthérique, astral, et mental. Expérimentant dans l’ignorance totale de ces aspects, le savant et l’ingénieur présentent toujours un danger latent.

Dans certaines conditions, un atome peut perdre un ou plusieurs de ses électrons planétaires. On dit alors qu’il est ionisé. Il est devenu un ion positif, chargé d’une ou plusieurs charges positives. Les électrons qui ont échappé à l’attraction d’un noyau atomique sont appelés des « électrons libres ». Ce sont eux qui sont responsables du courant électrique parcourant un fil conducteur ou suivant une trajectoire dans le vide, donnant ainsi naissance à un champ électrique et magnétique.

L’espace est rempli de rayonnements de natures fort diverses. Il y a des rayonnements corpusculaires, formés par des protons, par des neutrons, par des électrons, et aussi des rayonnements électromagnétiques qui, eux, se propagent à la vitesse de la lumière, étant eux-mêmes les constituants de la lumière. Ces rayonnements sont classés suivant leur fréquence, inversement proportionnelle à leur longueur d’onde. Ces rayonnements électromagnétiques sont formés de particules sans masse appelées « photons » et dont l’énergie est proportionnelle à la fréquence.

Allant dans le sens des fréquences croissantes, nous avons d’abord les basses fréquences (correspondant aux longues ondes de la radio), puis les fréquences moyennes (ondes moyennes de la radio), puis les fréquences comprises entre 3 et 30 mégahertz (ondes courtes de la radio), puis les fréquences entre 30 et 300 mégahertz (ondes ultracourtes utilisées en télévision et radio), puis les fréquences comprises entre 300 et 3000 mégahertz (soit entre 100 cm et 10 cm de longueur d’onde : les micro-ondes des radars, des fours à micro-ondes, etc.). Vient ensuite l’immense gamme des rayons infrarouges, puis les ultraviolets, et enfin les rayons X mous, puis les rayons X durs, et les rayons Gamma qui sont émis par les noyaux atomiques ou qui sont l’une des nombreuses composantes des rayons cosmiques.

Le tube-écran d’un téléviseur est construit sur le principe d’un canon à particules qui projette des électrons en faisceau concentré sur l’écran.

La face interne de l’écran est couverte d’un réseau de quelques milliers de points dont la fluorescence peut être excitée dans les trois couleurs de base de la TV en couleur. Chaque fois que le faisceau d’électrons frappe l’un de ces points, celui-ci émet une lumière d’autant plus intense que le faisceau est intense.
En s’arrangeant pour que le faisceau balaie l’écran, exactement comme on lit une page d’un livre ligne après ligne, et en faisant en même temps varier l’intensité, les points luisent avec plus ou moins de luminosité, ce qui crée l’illusion de l’image.

La répétition rapide de ce processus, y compris des changements progressifs dans l’image, suggère le mouvement. Des signaux acoustiques apportent la sonorisation.

Tout en regardant la TV, on se fait donc injecter de l’énergie rayonnante, non pas sous la forme de la lumière naturelle ambiante, provenant du soleil, mais avec cette « lumière de la télévision » bien caractéristique, toute artificielle, projetée dans une intention bien précise. Elle est projetée sur le spectateur par l’écran fluorescent au moyen du canon à électrons littéralement pointé vers la personne se trouvant devant le poste de TV.

Cette énergie pénètre le spectateur et affecte les glandes endocrines, ainsi que les subtils organes éthériques qui jouent un rôle si crucial dans le développement et l’éveil spirituel.

La lumière solaire naturelle est constituée d’un mélange particulier de rayonnements électromagnétiques de diverses longueurs d’ondes, qui comprennent la lumière visible allant de 400 nm (violet) à 800 nm (rouge) (ou 4000 à 8000 angströms) et des rayonnements infrarouges et ultraviolets, ainsi que des micro-ondes centimétriques, etc. Les proportions de ce mélange sont modifiées par l’action de l’atmosphère — au demeurant fortement endommagée — jouant le rôle de filtre sélectif, et ce que nous recevons au sol est la combinaison appropriée pour la croissance et la protection de toute vie sur terre.

La lumière artificielle issue d’une autre source envoie des ensembles de longueurs d’ondes entièrement différents, ce qui peut être suffisant pour créer des problèmes.

La lumière est une nourriture pour les cellules. La nature met ses enfants à un régime de lumière bien équilibré. Chaque fois que le régime est modifié, comme dans le cas de la lumière artificielle, certaines altérations des cellules se produisent, entraînant une détérioration du corps humain et de ses organes spirituels.

L’Histoire a prouvé que les experts se sont toujours trompés dans leurs évaluations de la quantité de rayonnements que l’on suppose nocive pour l’homme.

Les effets des rayonnements sur l’homme sont mesurés en rems (Roentgen Equivalent for Man) ou en millirems (millièmes de rems). On estimait en 1950 qu’il fallait 1000 rems ou plus pour causer le cancer de l’embryon. En 1955, on estimait que 200 rems étaient une valeur plus proche de la réalité. Aujourd’hui, certains pensent que 2 rems suffisent !

Dans les années soixante, les postes de TV étaient considérés comme « sûrs » lorsqu’ils émettaient 50 millirems par heure. En 1980, la limite de la tolérance fut ramenée au centième de cette grandeur : 0,5 millirems par heure. Et ainsi de suite.

On entend souvent des remarques telles que : « Ce n’est pas si nocif, et d’ailleurs, je ne m’assieds pas trop près ».

Considérez d’abord que la majorité des gens ne croit que ce qu’elle désire croire. C’est bien connu. En deuxième lieu, on ne se rend pas suffisamment compte du fait qu’une fois que le rayon X a pénétré dans le corps, il est absorbé par les cellules, au prix d’une détérioration de celles-ci. Les effets ainsi produits sont cumulatifs.

En d’autres termes, en trois ans de télévision à raison de 4 heures par jour en moyenne, on absorbera 2 rems, soit assez pour entraîner théoriquement le cancer de l’embryon. Et pourtant, il y a des millions de mères qui pensent — mais pensent-elles ? — qu’elles font à leurs petits une grande faveur en les mettant en face de l’écran cathodique.

Est-ce aller trop loin que de conclure que TOUTE quantité de rayons X émanant de postes de télévision est susceptible d’être nuisible pour l’homme ?

Beaucoup de gens sont devenus si drogués ou si obscurcis qu’ils tentent de justifier leur attitude en disant : « Un examen radiologique est pire », ou encore : « Il y a, de toute façon, tellement de rayonnements ambiants », et autres maximes de cet acabit.

Cela est aussi logique que de dire : « Vous me dites que mon enfant est en train de se noyer ! Quelle importance ? Trois de mes enfants se sont déjà noyés ! »

Il faut bien admettre que ce n’est pas seulement la télévision qu’il faut incriminer, car les expositions aux rayonnements sont nombreuses. Mais cela ne la rend pas pour autant plus acceptable.

Aujourd’hui, des groupes demandent instamment : « Halte à la pollution de l’eau et de l’air ! ». Demain, ils sont susceptibles d’exiger : « Halte à la pollution électromagnétique ! » ou « Arrêtez de polluer nos âmes et nos esprits ! ». Mais comme cela va croissant, il sera alors trop tard.




Les effets photo-biologiques


Nous avons étudié certains effets nuisibles du rayonnement des postes de télévision sur le système humain. Il est possible que d’autres techniques surgissent, permettant une élimination totale du rayonnement cathodique. On met du temps à généraliser les écrans à cristaux, sans doute pour continuer à favoriser le tube cathodique.

Aujourd’hui l’exposition au rayonnement reste très réelle, et cela volontairement. Ce qui est encore plus préoccupant, c’est l’endommagement irréparable de nos organes les plus subtils tels que les couches optiques, l’épiphyse (glande pinéale) et l’hypophyse (glande pituitaire) qui sont appelées à accomplir des fonctions fondamentales dans le développement spirituel d’un individu.

Ces remarquables organes réagissent à toute lumière reçue par la rétine de l’œil. On estime généralement que l’œil n’a qu’une seule fonction : la vue. Mais la fonction des yeux, en liaison organique avec l’épiphyse et l’hypophyse est triple :

1 – L’interprétation de l’énergie lumineuse sous forme d’images par les circuits conduisant au cerveau (perception visuelle ou processus de la vue) ;

2 – L’assimilation de l’énergie lumineuse par les voies neurochimiques et son acheminement vers les glandes pinéales et pituitaires et, de là, dans l’ensemble du système endocrinien (ingestion de la lumière ou photosynthèse) ;

3 – Enfin, l’expression de la réalité de l’âme. L’œil est appelé « le miroir de l’âme ».

Concernant la deuxième fonction — la lumière en tant que nutriment des cellules — il est de la plus haute importance de veiller à la qualité de la lumière que nous ingérons : s’il s’agit, par exemple, de lumière naturelle rayonnée vers nous par le soleil ou de lumière artificielle. Est-ce la lumière ambiante ou est-ce une lumière artificielle concentrée et injectée pour ainsi dire dans nos yeux ?

La lumière artificielle peut avoir de nombreux effets nuisibles, dont nous ne sommes pas conscients. C’est particulièrement vrai quand nous sommes constamment en train de fixer une lumière comme celle de la télévision.

Il est sans doute utile de répéter que la lumière solaire naturelle représente un régime lumineux bien équilibré, tandis que la lumière artificielle, quelle qu’elle soit, comprend un mélange de composantes spectrales (couleurs) peu favorable. La lumière de la télévision couleur contient seulement trois bandes étroites de fréquences : le rouge, le bleu et le vert.

En conclusion, nous devons dire que l’on ne saurait être assez prudent avec la lumière cathodique, pour diverses raisons. Raisons de santé, mais aussi, ce qui est encore plus important, simple raison de survie spirituelle.




Ces organes délicats – les yeux, les couches optiques, l’épiphyse et l’hypophyse, sans parler des corps subtils et des chakras – ne sont pas conçus pour les expositions fatales que constitue le bombardement journalier par la lumière fluorescente à haute énergie et par certaines quantités de rayons X. Ces expositions les attaqueront, les paralyseront et les brûleront, pour ce qui est de leurs fonctions supérieures.

Ces organes sont destinés à fonctionner en tant que centres hautement évolués de l’énergie lumineuse, comme purs canaux pour exprimer la réalité rayonnante de l’âme. Par exemple, ce que l’hermétisme appelle le « cercle de feu de la pinéale » est le lieu où l’esprit et l’âme se rencontrent.

Les puissantes vibrations spirituelles ont besoin de réceptacles vibrant avec une grande pureté. C’est alors que le troisième œil peut s’ouvrir. Mais la télévision risque au contraire de l’obturer, maintenant ainsi les âmes sur une fréquence vibratoire où elles demeurent contrôlables et soumises.

Si le contrôle n’est pas le but ultime de la télévision, alors pourquoi en 2001, le ministre de la culture de l’Inde a-t-il annoncé que chaque foyer indien devait être équipé d’urgence d’un téléviseur, quitte à casser les prix ? La télé pourvoirait-elle aux besoins alimentaires ?


Le rythme sans âme

Afin de bien saisir la violence faite à l’âme, et plus spécialement aux jeunes âmes soumises passivement au bombardement cathodique, il convient de mentionner la façon dont se déroule un processus réel que l’on a parfois appelé « l’atomisation de l’âme ».

En regardant la télévision, on a l’impression de regarder des images, alors que ce qui est effectivement perçu par la conscience est la lueur phosphorescente de 300 000 minuscules points.

Il n’y a là aucune image. Ces points semblent être constamment allumés mais, en fait, ils ne le sont pas. Tous les points vont et viennent de 25 à 30 fois par seconde (25 en Europe), créant l’effet de scintillement cathodique. Ce scintillement se produit si rapidement que l’œil, et donc la conscience, ne peuvent le suivre.

La traduction de l’énergie lumineuse en images visuelles à l’intérieur du cerveau ne se fait qu’environ 10 fois par seconde. C’est grâce à un regard fixe, combiné à la rémanence de l’écran, que les yeux son trompés, pour ainsi dire, et acceptent les images comme étant réelles.

Mais l’âme est trompée moins facilement ; et, profondément, dans les recoins cachés de la conscience, la sensation prévaut que l’on est intérieurement déchiré en petits morceaux, que l’on est dispersé en milliers d’atomes par ce que les yeux ont transmis. Cette impression d’être atomisé est tout à fait réelle et démontre une polarisation déformée des corps subtils — éthérique, astral, mental. Il est vrai, au sens propre, qu’on se retrouve avec « moins d’âme ». Le fait que cette expérience tend à s’estomper avec les années de vision quotidienne de la TV n’est qu’une preuve supplémentaire du fait que le « moins d’âme » s’est transformé en « absence d’âme ». La télévision transforme les gens en êtres sans âme, en zombies.

Examinons cela de plus près en posant un autre problème, immédiatement associé à ce qui précède, à savoir la pulsation, ou le battement du poste récepteur.

Nous connaissons tous les effets hypnotiques du battement persistant, lors d’un concert de rock par exemple, qui peut même induire un état de transe. Ce qui est visé ici, c’est la question du rythme et son influence sur l’état vibratoire du sang et sur les corps subtils.
Le battement mécanique produit par certaines formes de « musique » moderne conduit essentiellement à une régression vers la magie archaïque et, en ce sens, est un phénomène déplorable. La croissance potentielle de l’âme est remplacée par un esclavage effectif de l’âme. Or la télévision, dans votre salle de séjour, produit un battement électronique tout aussi dangereux.

Le scintillement, 25 ou 30 fois par seconde, de tous les points de l’écran cathodique, produit par les balayages fulgurants du faisceau d’électrons, fait que l’écran entre en pulsation au même rythme. Cette constante pulsation lumineuse, accompagnée d’un son strident (15 750 Hz), habituellement situé immédiatement au-dessous du seuil de perception acoustique, est responsable de nombreuses migraines et détériorations visuelles. Elle a encore d’autres effets sérieux. On a signalé l’apparition croissante d’épilepsie parmi ceux qui sont particulièrement sensibles à ce genre de pulsation.

Il y a encore l’effet d’hypnose : une pièce sombre, les yeux au repos, le corps tranquille, le regard sur une lumière scintillant constamment, tout cela crée des conditions optimales pour une transe hypnotique. Ce n’est pas sans raison que tant de personnes sensibles se plaignent de se sentir hypnotisées, fascinées, vidées mentalement, ou se sentent comme des zombies, etc.

Une technique extrêmement astucieuse, appelée « suggestion subliminale », s’intègre au battement du tube au moyen d’images-éclair envoyées à la fréquence du battement, bien plus rapide que la vue.

Alors que les processus visuels se traînent derrière, à vitesse sub-électronique, les publicitaires ont accès à la vitesse électronique du faisceau de balayage des électrons. On se fait percuter par la publicité sans être en mesure de la traiter assez vite, si bien qu’on l’enregistre dans la région subconsciente de l’esprit. De là, elle exerce une tension bizarre, qui apparemment peut pousser les gens jusqu’au point d’acheter l’article vanté, qui a été vu inconsciemment à la télévision. « Vu à la télé ! »

La pulsation rythmique du poste de télévision est, entre autres effets, responsable de l’hyperkinésie des enfants et, en général, d’un état d’agitation accrue dans les véhicules supérieurs de l’homme.

Les corps subtils prennent des surcharges électrostatiques et sont stimulés, alors qu’il n’y a pas d’exutoire facile à cette agitation. Afin de se débarrasser de cette sensation, on est poussé à… regarder la télé, afin de supprimer temporairement la sensation d’être mal dans sa peau. Il en résulte une plus grande stimulation qui invite à plus de spectacle télévisé, jusqu’à ce que l’effet d’accoutumance ferme le cercle.

Une génération d’êtres insatisfaits et malheureux a été engendrée, dont les glandes endocrines sont irrémédiablement endommagées, dont les corps invisibles sont surchargés, désorganisés et dépouillés de leurs qualités intrinsèques.

Ils sont abandonnés « sans âme » — dans un état d’irritation et de nervosité extrêmes. Cela se manifestera par une conduite agressive et par une grande incertitude quant à ce qui est réel et ce qui ne l’est pas.

Une personne consciente ne se laissera pas séduire par le culte de l’image. Elle refusera d’abdiquer sa liberté intérieure et elle respectera son âme en lui offrant d’autres divertissements que des stimulations superficielles.

Mais la télévision n’est pas le seul péril. Elle est le chef de file d’un développement que l’on appelle « révolution ou explosion des communications ».

Une modification rapide de la conscience est évidente. Les portes de la perception de l’homme sont en train de s’ouvrir toujours plus largement, mais de manière totalement négative, pour conduire vers des espaces virtuels et hallucinatoires, à des océans d’images et de projections sonores, pour nous projeter dans les verts pâturages de perceptions sensorielles et extra-sensorielles jusqu’ici inconnues. L’humanité semble être en train de passer collectivement les portes de l’au-delà.

Les nouveaux médias fournissent apparemment à l’humanité souffrante une nouvelle pipe d’opium. L’Ere du Verseau qui frappe à la porte déchire l’atmosphère terrestre à l’aide de ses rayonnements. Il en résulte nudité et vacuité, un silence où résonne la parole : « Homme où es-tu ? Réveille-toi de ton sommeil de mort ! » Mais l’homme ne veut pas se réveiller, recouvrant au contraire sa nudité d’appareillage électronique, se « narcotisant » et enveloppant son existence vide d’illusions audio-visuelles.




On peut considérer que l’humanité et la Terre portent un manteau électromagnétique d’irréalité. Dans un proche avenir, les communications feront partie d’un réseau mondial et universel de distribution d’énergie électrique capable d’être transformée en d’innombrables formes. Ainsi, la Terre pourra être enkystée dans une atmosphère de télécommunications électriques l’environnant de toutes parts.

C’est une nouvelle Tour de Babel qui s’érige. Cela augmentera la distorsion et le brouillage de la parole autrefois prononcée par l’homme, le Verbe qu’il doit prononcer à nouveau, l’écho évanescent de son origine divine.

Nous devons souligner l’effet enkystant et emprisonnant de la télévision et de l’internet. Considérez la Terre tournant comme un monde mis sous tension, avec ses milliards d’êtres humains branchés sur n’importe quel fantasme synthétique et n’importe quelle manipulation politique, tout en glissant dans des espaces psychiques multidimensionnels, inondés d’excitations programmables, disponibles sur des consoles domestiques.



Quelle est la face cachée de ce phénomène ?


L’ensemble de l’évolution de la soi-disant « explosion des télécommunications » n’est rien d’autre qu’une réaction négative planifiée pour contrer les rayonnements spirituels de l’Ere du Verseau. L’humanité montre les signes d’un réveil massif et cela représente une menace immédiate pour certaines hiérarchies visibles et invisibles.

Si ces hiérarchies se trouvaient soudain privées de leurs troupeaux d’adorateurs qui grouillent dans la sphère matérielle, leur règne serait réduit à néant. C’est pourquoi cette gigantesque machination a pris naissance, en vue de maintenir les êtres humains à l’intérieur du cercle enchanté de la technologie électromagnétique. Pour les maîtres du jeu, c’est une question de survie.

Etant donné qu’une prise de conscience croissante s’effectue chez d’innombrables êtres humains, cet éveil doit être réduit à néant par des efforts implacables et continus pour maintenir les masses sous la fascination du progrès et du loisir constant.

La vision intérieure croissante doit être aveuglée par des images artificielles. L’écoute intérieure croissante doit être assourdie par des sons. L’éveil intérieur doit être submergé de sensations.
Un support tel que la télévision se devait d’être mis au point pour entraîner une perpétuelle réaction du type : « Oh ! Dis-donc, regarde un peu, c’est super ! »

Dans ce combat inégal, l’humanité a déjà perdu, mais l’individu sérieux s’en sortira s’il ne reste pas dans l’ignorance des réels enjeux de l’ère nouvelle.

tiré de l'excellent livre

Dixit Satanas

La conspiration à la lumière de la gnose

Auteur: Joël Labruyère

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2011/03/12/20610410.html



Intuition personnelle : Le nouvel Ordre Spirituel Mondial s'imposera à tous quand la plupart des pays seront soumis à l'obligation de la télévision numérique (qui autorise tous les trucages). L'apparition de l'antéchrist se fera dans les demeures, pas dans le ciel. Les humains lobotomisés l'accueilleront la bouche ouverte sur un sourire béat, vautrés sur leurs canapés achetés à crédit, une canette de coca ou de bière à la main droite et la zapette scotchée dans la gauche ! Razz




Nick Nolte pense que la 3D rend fou




Alors que les spectateurs du monde entier se ruent encore sur les projections 3D (quand on ne leur impose pas), les innocents ignorent mettre ainsi leur santé en jeu. Heureusement un homme veille, et ne se laissera museler par aucun lobby ou industriel peu scrupuleux. Ce justicier de la cinéphilie outragée, c'est Nick Nolte, et il compte bien protéger vos petits neurones d'un viol tridimensionnel, comme il l'a révélé à nos confrères de WENN.

« En réalité, la 3D déconnecte le globe oculaire et le cristallin du cerveau, donc, tout le système cesse de fonctionner. On est en train de découvrir que cela entraîne des épisodes psychotiques. C'est comme si le cerveau lui-même générait un agent hallucinogène de 3D. Mais quand un objet est proche, le cristallin ne s'adapte pas. Si un objet est éloigné, il ne réagit pas non plus car vous regardez une surface bidimensionnelle. On va découvrir que six heures de télévision 3D cause des réactions psychotiques. L'Australie fait des recherches dans ce sens. C'est tout ce que je peux vous dire. »

http://www.ecranlarge.com/article-details-22143.php



Prophéties 2010...par Jacques Attali


Écoutez bien ce que pense un talmudiste de l'avenir des médias et de leur influence, comment grouillent dans leurs esprits tordus les intentions les plus obscènes et sacrilèges, ce qu'ils attendent en retour de la lobotomisation généralisée des peuples par les médias qui leur appartiennent...




affraid

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matrix



Nombre de messages : 39
Age : 26
Date d'inscription : 17/12/2011

MessageSujet: L'influence de la télévision   9/2/2012, 15:15

La vérité sur la télé




[center]film Network (1977) Sydney Lumet


"L'opinion publique est la clé. Avec l'opinion publique, rien ne peut faillir. Sans lui, rien ne peut réussir. Celui qui manipule les opinions est plus important que celui qui applique les lois."
Abraham Lincoln (1809-1865), 16e président américain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: L'influence de la télévision   7/3/2012, 21:41

Conférence Michel Desmurget - TV Lobotomie 1/2






Conférence Michel Desmurget - TV Lobotomie 2/2


_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: L'influence de la télévision   22/3/2013, 11:25



cyclops



_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TrillyGR



Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 14/03/2013

MessageSujet: Effets dramatiques de la télévision   19/6/2013, 12:36


Un enfant de 13 ans s’inspire de la WWE et tue sa petite soeur



http://caq.fr/actualite/2013/06/19/un-enfant-de-13-ans-sinspire-de-la-wwe-et-tue-sa-petite-soeur/


Un garçon de 13 ans originaire de la banlieue de la Nouvelle-Orléans a été accusé de meurtre au second degré de sa petite demi-soeur âgée de 5 ans après l’investigation des enquêteurs qui ont conclu que le garçon l’a frappé à plusieurs reprises avec des prises de catch immitées de la télévision.
« L’enfant âgé de 13 ans nous a informé qu’il souhaitait faire du catch avec la victime et d’exécuter des prises de la WWE », a déclaré le colonel John Fortunado.
Ces mouvements auraient inclus à maintes reprises des projections sur un lit, des coups de poing dans l’estomac, des sauts sur sa poitrine ainsi que des coups de coude. Le médecin légiste aura d’ailleurs découvert de multiples blessures sur la fillette : côtés cassés, lacérations du foie et une hémorragie interne.
La belle-mère avait quitté son domicile tout en laissant le garçon seul aux côtés de sa demi-soeur dont il devait prendre soin. Il aura fallu que la fille cesse de respirer pour que le garçon appelle les urgences qui n’ont pas pu réanimer la fillette déclarée morte à l’hôpital.
Le garçon a été emmené dans un centre pour mineurs et devra faire face à de lourdes charges. Le détective spécialiste en homicide, Matt Vasquez, a expliqué que le garçon s’est dit conscient de l’aspect théâtral de la WWE mais avait toujours le sourire après le drame et semblait apprécier d’évoquer les prises qu’il a utilisé.
Dans un rapport complémentaire publié quelques heures plus tard, les forces de l’ordre ont fait un constat accablant de la situation : « Le jeune homme de 13 ans nous a fait savoir que la fille se plaignait de douleurs mais le garçon n’a pas bronché en enchaînant des slams, des coups de poing et des coups de coude pendant deux à trois minutes supplémentaires jusqu’à que la mère ne l’appelle au téléphone pour prendre des nouvelles de lui et de la victime. »


Dernière édition par Bardamu le 20/6/2013, 12:29, édité 1 fois (Raison : Fusion avec un sujet existant)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: L'influence de la télévision   12/2/2015, 12:52

Ça date comme article mais je le trouve bien tourné  Lire ..... Bien
 


La machine à abrutir

par Pierre Jourde, août 2008

Jusqu’à présent, la qualité des médias audiovisuels, public et privé confondus, n’était pas vraiment un sujet. Puis le président de la République découvre que la télévision est mauvaise. Il exige de la culture. En attendant que la culture advienne, l’animateur Patrick Sabatier fait son retour sur le service public. En revanche, des émissions littéraires disparaissent. C’est la culture qui va être contente.

Avec l’alibi de quelques programmes culturels ou de quelques fictions « créatrices », les défenseurs du service public le trouvaient bon. Ils ne sont pas difficiles. Comme si, à l’instar d’une vulgaire télévision commerciale, on n’y avait pas le regard rivé à l’Audimat. Comme si la démagogie y était moins abondante qu’ailleurs.

Les médias ont su donner des dimensions monstrueuses à l’universel désir de stupidité qui sommeille même au fond de l’intellectuel le plus élitiste. Ce phénomène est capable de détruire une société, de rendre dérisoire tout effort politique. A quoi bon s’échiner à réformer l’école et l’Université ? Le travail éducatif est saccagé par la bêtise médiatique, la bouffonnerie érigée en moyen d’expression, le déferlement des valeurs de l’argent, de l’apparence et de l’individualisme étroit diffusées par la publicité, ultime raison d’être des grands groupes médiatiques. Bouygues envoie Jules Ferry aux oubliettes de l’histoire.

Lorsqu’on les attaque sur l’ineptie de leurs programmes, les marchands de vulgarité répliquent en général deux choses : primo, on ne donne au public que ce qu’il demande ; secundo, ceux qui les critiquent sont des élitistes incapables d’admettre le simple besoin de divertissement. Il n’est pas nécessairement élitiste de réclamer juste un peu moins d’ineptie. Il y a de vrais spectacles populaires de bonne qualité. Le public demande ce qu’on le conditionne à demander. On a presque abandonné l’idée d’un accès progressif à la culture par le spectacle populaire. Victor Hugo, Charlie Chaplin, Molière, René Clair, Jacques Prévert, Jean Vilar, Gérard Philipe étaient de grands artistes, et ils étaient populaires. Ils parvenaient à faire réfléchir et à divertir. L’industrie médiatique ne se fatigue pas : elle va au plus bas.

Chacun a le droit de se détendre devant un spectacle facile. Mais, au point où en sont arrivées les émissions dites de « divertissement », il ne s’agit plus d’une simple distraction. Ces images, ces mots plient l’esprit à certaines formes de représentation, les légitiment, habituent à croire qu’il est normal de parler, penser, agir de cette manière. Laideur, agressivité, voyeurisme, narcissisme, vulgarité, inculture, stupidité invitent le spectateur à se complaire dans une image infantilisée et dégradée de lui-même, sans ambition de sortir de soi, de sa personne, de son milieu, de son groupe, de ses « choix ». Les producteurs de télé-réalité — « Loft story », « Koh-Lanta », « L’île de la tentation » —, les dirigeants des chaînes privées ne sont pas toujours ou pas seulement des imbéciles. Ce sont aussi des malfaiteurs. On admet qu’une nourriture ou qu’un air viciés puissent être néfastes au corps. Il y a des représentations qui polluent l’esprit.

Si les médias des régimes totalitaires parviennent, dans une certaine mesure, à enchaîner les pensées, ceux du capitalisme triomphant les battent à plate couture. Et tout cela, bien entendu, grâce à la liberté. C’est pour offrir des cerveaux humains à Coca-Cola que nous aurions conquis la liberté d’expression, que la gauche a « libéré » les médias. Nous, qui nous trouvons si intelligents, fruits de millénaires de « progrès », jugeons la plèbe romaine bien barbare de s’être complu aux jeux du cirque. Mais le contenu de nos distractions télévisées sera sans doute un objet de dégoût et de dérision pour les générations futures.

On a le choix ? Bien peu, et pour combien de temps ? La concentration capitaliste réunit entre les mêmes mains les maisons d’édition, les journaux, les télévisions, les réseaux téléphoniques et la vente d’armement. L’actuel président de la République est lié à plusieurs grands patrons de groupes audiovisuels privés, la ministre de la culture envisage de remettre en cause les lois qui limitent la concentration médiatique, la machine à abrutir reçoit la bénédiction de l’Etat (1). Les aimables déclarations récentes sur l’intérêt des études classiques pèsent bien peu à côté de cela.

Quelle liberté ? La bêtise médiatique s’universalise. L’esprit tabloïd contamine jusqu’aux quotidiens les plus sérieux. Les médias publics courent après la démagogie des médias privés. Le vide des informations complète la stupidité des divertissements. Car il paraît qu’en plus d’être divertis nous sommes informés. Informés sur quoi ? Comment vit-on en Ethiopie ? Sous quel régime ? Où en sont les Indiens du Chiapas ? Quels sont les problèmes d’un petit éleveur de montagne ? Qui nous informe et qui maîtrise l’information ? On s’en fout. Nous sommes informés sur ce qu’il y a eu à la télévision hier, sur les amours du président, la garde-robe ou le dernier disque de la présidente, les accidents de voiture de Britney Spears. La plupart des citoyens ne connaissent ni la loi, ni le fonctionnement de la justice, des institutions, de leurs universités, ni la Constitution de leur Etat, ni la géographie du monde qui les entoure, ni le passé de leur pays, en dehors de quelques images d’Epinal.

Un des plus grands chefs d’orchestre du monde dirige le Don Giovanni de Mozart. Le journaliste consacre l’interview à lui demander s’il n’a pas oublié son parapluie, en cas d’averse. Chanteurs, acteurs, sportifs bredouillent à longueur d’antenne, dans un vocabulaire approximatif, des idées reçues. Des guerres rayent de la carte des populations entières dans des pays peu connus. Mais les Français apprennent, grâce à la télévision, qu’un scout a eu une crise d’asthme.

Le plus important, ce sont les gens qui tapent dans des balles ou qui tournent sur des circuits. Après la Coupe de France de football, Roland-Garros, et puis le Tour de France, et puis le Championnat d’Europe de football, et puis... Il y a toujours une coupe de quelque chose. « On la veut tous », titrent les journaux, n’imaginant pas qu’on puisse penser autrement. L’annonce de la non-sélection de Truc ou de Machin, enjeu national, passe en boucle sur France Info. Ça, c’est de l’information. La France retient son souffle. On diffuse à longueur d’année des interviews de joueurs. On leur demande s’ils pensent gagner. Ils répondent invariablement qu’ils vont faire tout leur possible ; ils ajoutent : « C’est à nous maintenant de concrétiser. » Ça, c’est de l’information.

On va interroger les enfants des écoles pour savoir s’ils trouvent que Bidule a bien tapé dans la balle, si c’est « cool ». Afin d’animer le débat politique, les journalistes se demandent si Untel envisage d’être candidat, pense à l’envisager, ne renonce pas à y songer, a peut-être laissé entendre qu’il y pensait. On interpelle les citoyens dans les embouteillages pour deviner s’ils trouvent ça long. Pendant les canicules pour savoir s’ils trouvent ça chaud. Pendant les vacances pour savoir s’ils sont contents d’être en vacances. Ça, c’est de l’information. A la veille du bac, on questionne une pharmacienne pour savoir quelle poudre de perlimpinpin vendre aux étudiants afin qu’ils pensent plus fort. Des journalistes du service public passent une demi-heure à interroger un « blogueur », qui serait le premier à avoir annoncé que Duchose avait dit qu’il pensait sérieusement à se présenter à la présidence de quelque machin. Il s’agit de savoir comment il l’a appris avant les autres. Ça, c’est de l’information. Dès qu’il y a une manifestation, une grève, un mouvement social, quels que soient ses motifs, les problèmes réels, pêcheurs, enseignants, routiers, c’est une « grogne ». Pas une protestation, une colère, un mécontentement, non, une grogne. La France grogne. Ça, c’est de l’information.

On demande au premier venu ce qu’il pense de n’importe quoi, et cette pensée est considérée comme digne du plus grand intérêt. Après quoi, on informe les citoyens de ce qu’ils ont pensé. Ainsi, les Français se regardent. Les journalistes, convaincus d’avoir affaire à des imbéciles, leur donnent du vide. Le public avale ? Les journalistes y voient la preuve que c’est ce qu’il demande.

Cela, c’est 95 % de l’information, même sur les chaînes publiques. Les 5 % restants permettent aux employés d’une industrie médiatique qui vend des voitures et des téléphones de croire qu’ils exercent encore le métier de journalistes. Ce qui est martelé à la télévision, à la radio envahit les serveurs Internet, les journaux, les objets, les vêtements, tout ce qui nous entoure. Le cinéma devient une annexe de la pub. La littérature capitule à son tour.Le triomphe de l’autofiction n’est qu’un phénomène auxiliaire de la « peopolisation » généralisée, c’est-à-dire de l’anéantissement de la réflexion critique par l’absolutisme du : « C’est moi, c’est mon choix, donc c’est intéressant, c’est respectable. »

La bêtise médiatique n’est pas un épiphénomène. Elle conduit une guerre d’anéantissement contre la culture. Il y a beaucoup de combats à mener. Mais, si l’industrie médiatique gagne sa guerre contre l’esprit, tous seront perdus.

Pierre Jourde
Professeur à l’université Stendhal - Grenoble - III. Auteur, notamment, de La Littérature sans estomac, réédition Pocket, Paris, 2003.

http://www.monde-diplomatique.fr/2008/08/JOURDE/16204


_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: L'influence de la télévision   26/11/2015, 16:00

Une réalité insupportable aux conséquences gravissimes !



Télévision et autres écrans : On peut s’en désintoxiquer !


Et si vous éteigniez vous écran? Encore, nous, adultes, pouvons la plupart du temps faire la part des choses, nous pouvons choisir, comprendre, prévenir et nous adapter, mais un enfant reste une éponge face aux médias télévisés, et je ne peux que constater que certains connaissent mieux les publicités affligeantes que les rudiments de certaines matières, dont la lecture! Et si nous montrions à ces enfants ce qu’est réellement la vie?




Comment libérer les enfants de la télévision

La méthode pédagogique du “Défi sans écrans” a fait ses preuves depuis 2007 : il est possible de se désintoxiquer de la télévision, et les effets sont très positifs sur la santé et les relations humaines.

On peut bien avoir découvert un remède, encore faut-il que le malade accepte de le prendre. C’est une chose de vouloir réduire le temps-écrans de nos enfants, c’en est est une autre que de les amener à vouloir (et pouvoir) le faire.

L’approche thérapeutique utilisée avec des milliers d’élèves dans plus de cent écoles québécoises et françaises, sous le nom de Défi sans écrans, reproduit celle développée à Saint-Basile-le-Grand en avril 2007. L’exploit avait fait la « une » du Journal de Montréal : “653 enfants en désintox !”

Après trois mois de préparation, les enfants ont réduit leur consommation à 8,9 jours en moyenne. Deux enfants sur trois ont complètement neutralisé les écrans présents chez eux. Aucun dommage, que des avantages collatéraux.

Après évaluation, le Défi sans écrans a été jugé utile par 88% des parents, 79% des élèves et 95% des membres du personnel. A-t-il amélioré la santé et le bien-être des enfants ? 66% des parents et 71% du personnel pensent que oui.

Principaux acquis

- 75% des parents et 87% des enfants disent avoir constaté l’augmentation du temps consacré aux activités physiques et sportives.
- 52% des enfants disent avoir lu plus souvent.
- La qualité des devoirs et des leçons s’est améliorée, au dire de 45% des enseignants.
- 70% des parents et des enfants disent avoir passé plus de temps en famille.
- Les parents ont eux aussi réduit le temps-écrans : 55% pour les papas, 71% pour les mamans.
- 40% des parents ont noté une augmentation de l’aide fournie à la maison par leur enfant.
- Près de six enseignants sur dix ont noté une amélioration de la concentration des élèves en classe.


Le Défi sans écrans diffère du programme SMART à plusieurs égards mais les deux ont fait la preuve qu’ils conduisent les jeunes à des changements tangibles.


- Réduction du temps consacré aux écrans ; les activités auxquelles les jeunes s’adonnent leur permettent de goûter autre chose, facilite leur reconnexion avec la réalité, la vie, le monde.

- Augmentation du temps consacré à l’activité physique et à la lecture : vélo et lecture font augmenter le métabolisme plus que la télé.

- Amélioration des résultats scolaires jusqu’à 10-15%.

- Implication accrue des parents dans l’école ; ils se sentent moins jugés, moins coupables du comportement de fiston, mieux acceptés par le personnel, davantage partenaires que clients.

- Valorisation de la relation école-communauté : l’école augmente son rayonnement dans le quartier et dans le village ; le public cesse de trouver que l’école coûte trop cher, l’école et les enfants redeviennent la fierté de la communauté.

- Amélioration du climat à l’école et à la maison : que se passe-t-il quand les disputes pour faire les devoirs, pour choisir une chaîne, pour gérer l’utilisation de la console diminuent ? Les conversations familiales prennent du sens, les repas servent à échanger et à partager, la vie familiale reprend vie.

La majorité des parents trouvent le Défi sans écrans tellement utile pour la santé des jeunes et pour l’humeur des enfants qu’ils souhaitent que l’école le reprenne chaque année.

Les nouvelles technologies de communication ont-elles été conçues pour nous servir ou nous asservir ? L’heure est venue d’apprendre aux enfants à contrôler le débit de la télévision et autres écrans.

Quand les propriétaires de chaîne, ceux qui préparent la programmation, choisissent les émissions, décident les contenus, nous dévoilent ce qui se passe derrière l’écran, à l’abri de nos regards, pourquoi devrait-on jouer les vierges offensées? La vérité, aussi choquante soit-elle, nous rend service, à nous de choisir comment répliquer. Le trio producteurs-diffuseurs-publicitaires obéit à des lois qui se situent aux antipodes de la santé mentale et physique des enfants.

Conseils

La réduction du temps-écrans incite les parents à porter meilleure attention aux conseils prodigués par des scientifiques, des pédiatres, des psychologues et des enseignants :

- prendre les repas en famille, sans télévision, vaut mieux que n’importe quelle émission « éducative » et n’importe quel bulletin de nouvelles ;

- garder les enfants à l’abri des écrans au moins jusqu’à l’âge de 4 et 5 ans, l’exposition précoce pouvant affecter le développement du déficit de l’attention ;

- l’enfant ne devrait pas être laissé seul devant l’écran, des scènes traumatisantes pouvant surgir à tout moment ;

- limiter le temps-écrans des 6-11 ans à moins de 5h/s en leur apprenant à contrôler et planifier leur consommation hebdomadaire, à respecter les limites fixées ;

- motiver les 12-16 ans à gérer le temps-écrans récréatif (tous écrans) en limitant le débit à 7h/semaine ;

- sortir tous les écrans de la chambre de l’enfant ou de l’adolescent, cela contribuera au sommeil et à la réussite scolaire ;

- interdire les écrans le matin avant de partir pour l’école facilite la concentration de l’enfant en classe ;

- après le repas du soir, éviter les écrans, raconter une histoire et la lecture contribuent au sommeil ;

- le téléphone portable doit être déposé dans un panier, dès l’entrée dans la maison ; les messages laissés par les appelants passent après le repas et les conversations familiales ; des enseignants obligent les élèves à le faire à leur entrée en classe, après avoir éteint l’appareil.

Limiter la publicité

La réduction du temps-écrans permet de rappeler aux élus les recommandations suivantes :

- la publicité ciblant les enfants est injuste, immorale et doit être rendue illégale ; on ne laisse pas un chien affronter un enfant, les belligérants sont de force inégale ;

- toute forme de publicité alimentaire doit être bannie à la télévision entre 6 et 22 heures ;

- la publicité doit être interdite à l’école et dans le bus scolaire ;

- la publicité pour des produits, régimes et moyens amaigrissants doit être bannie ;

- les modèles anorexiques utilisés dans l’industrie de la mode et de l’apparence doivent être évités ;

- le public doit être informé impartialement des études démontrant les impacts des écrans sur la santé des enfants ;

- le personnel scolaire doit être outillé pour éduquer les enfants et les ados sur les impacts de leur consommation médiatique ;

- les jeunes ont besoin d’aiguiser leur jugement critique face aux stratégies les prenant pour cibles, notamment les héros violents et les modèles sexistes utilisés pour les accrocher, les manipuler, les intégrer au consumérisme.
Références

(1) Communiqué de la CQPP : http://www.cqpp.qc.ca/fr/priorites/publicite-destinee-aux-enfants .

(2) La Nouvelle / Union. L’obésité, une pandémie réelle, comment la contrer. Janvier 2010.
http://www.lanouvelle.net/Societe/Vie-communautaire/2010-01-21/article-1342357/Lobesite%2C-une-pandemie-reelle%2C-comment-la-contrer%3F/1

(3) Centre de Recherche en prévention, U. Stanford, Californie. http://notv.stanford.edu/

(4) Diaporama du programme SMART appliqué dans plusieurs écoles du Michigan. http://www.takethechallengenow.net/powerpoint/SMART_Plus_TC_1-%2027-2011.ppt

(5) Portail des pratiques exemplaires pour prévenir l’obésité, Agence de Santé Publique du Canada (ASPC).
http://66.240.150.14/intervention/84/view-fra.html

(6) Bilans du Défi 10 jours sans écrans dans différentes écoles du Québec.
http://www.edupax.org/index.php?option=com_content&view=article&id=47&Itemid=60

(7) Vidéo sur le Défi sans écrans relevé à l’hiver 2011 par les élèves de l’école Fréchette, Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, co-production Grouille-to-le-Fjord et Québec en Forme.
http://www.youtube.com/watch?v=Ir-36XVxu-4&feature=player_embedded#!

(Cool Documentation relative au Défi 10 jours sans écrans.
http://www.edupax.org/index.php?option=com_content&view=article&id=59&Itemid=64

(9) Institut ÉCO-conseil, Strasbourg, Bilans du Défi 10 jours pour voir autrement.
http://www.ecoconseil.org/decouvrir-nos-actions/sensibilisation-et-formation/le-defi-10-jours-sans-ecrans

(10) Outils pédagogiques proposés aux écoles par Jérôme Gaillard, directeur de l’école St-Martin, Le Mans, France
http://lesmoutonsenrages.fr/2013/10/12/television-on-peut-se-desintoxiquer/



"Mes enfants n'ont pas la télévision et se portent très bien"




Plutôt que de limiter l'accès de leurs enfants à la télévision, certains parents décident tout simplement de bannir le téléviseur de leur foyer. Inquiets des effets des écrans sur la santé de leurs petits, ils préfèrent que ceux-ci se tournent vers d'autres activités, notamment manuelles. Témoignages.

Quand on lui demande pourquoi elle n'a pas de télévision, Anne, 36 ans, explique que « ce n'est pas parce que la grande majorité des gens en ont une et laissent leurs enfants la regarder qu'ils ont forcément raison et que nous, nous sommes de mauvais parents. C'est un choix de vie pour nous et nos enfants ». S'ils ne représentent qu'un peu plus de 2 % des foyers français, les parents ayant choisi de ne pas posséder de téléviseur assument parfaitement leur décision : « J'estime que c'est une chance pour nos enfants de grandir sans la télé. D'ailleurs, ils se portent très bien ! Et puis les petits sont tellement friands de l'écran que les "éduquer" ou les "limiter" dans leur consommation de programmes télé semble un combat perdu d'avance. »

D'autres motivations expliquent ce choix. Comme le raconte Paul, ce papa de 40 ans, « on sait que les écrans à forte dose sont mauvais pour la santé des enfants et qu'être exposé à la télévision retarde le développement et réduit la concentration chez les enfants de moins de 3 ans. C'est aussi très mauvais pour les yeux, complètement abrutissant, et cela favorise l'obésité et les problèmes cardiaques. Je suis sûr qu'on découvrira d'autres effets indésirables. Je préfère que mes enfants s'en passent ».

Anne, elle, n'a « jamais eu de télévision et ne voit aucune raison d'en avoir une. » Si son fils lui demande pourquoi ses amis ont la télé et pas lui ? « Je lui réponds qu'il sera plus fort et grandira plus vite en jouant, en lisant et en ayant des activités manuelles. Il le comprend et l'accepte très bien ! » Pas de radicalisme pour autant : « Quand il va chez des amis, il a le droit de regarder la télévision. Le week-end, il peut visionner des dessins animés ou des émissions sur l'ordinateur. Mais c'est lui qui décide quel programme regarder. C'est choisi et non subi, et bien loin des deux heures que passent la plupart des enfants quotidiennement devant la télé. »
Partager du temps et des activités

Mais ne pas avoir de télévision est aussi un choix qui engage toute la famille, comme l'explique Camille, 44 ans : « Cela oblige les parents à consacrer plus de temps à leur enfants et à partager davantage d'activités avec eux. On passe de très bons moments ensemble. Regarder la télévision est une action passive. Même entouré, chacun est seul devant un écran. La télévision a un énorme pouvoir séparateur. »

Seule ombre au tableau : le regard des autres. « Ils ne comprennent pas, voient ça comme si c'était une "torture" infligée à nos enfants. Mais depuis quand la télévision serait-elle bénéfique aux jeunes ? Il y a une forme de pression extérieure qui m'énerve, avoue Anne. Quand d'autres parents commencent à me parler de télévision, je leur explique que même les grands patrons des entreprises high-tech et des écoles de la Silicon Valley interdisent l'utilisation des écrans à leurs progéniture. Cela fait tout de suite son petit effet ! »

http://madame.lefigaro.fr/enfants/mes-enfants-nont-pas-la-television-et-se-portent-tres-bien-060515-96481

Le Figaro Madame !!! Qu'est-ce que je ne ferais pas pour la bonne cause Embarassed

_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Admin


Nombre de messages : 6002
Age : 58
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: L'influence de la télévision   16/3/2016, 09:12


_________________
Mon passé, Ô Seigneur, à Ta Miséricorde, mon présent à Ton Amour, mon avenir à Ta Providence.  Padre Pio                                                                    
Info importante: Je n'ai rien à voir avec le Bardamu qui officie sur le site http://www.lelibrepenseur.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'influence de la télévision
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» La chute de feu, une vision très rare
» Médias étrangers, une vision étrange...
» télévision garderie
» LCN. Premiers pas pour la nouvelle télévision normande
» Garderie du matin passée devant la télévision

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial :: Nouvel Ordre Mondial-
Sauter vers: